Portrait de Erika Abrams

Erika Abrams, née en 1952, vit et travaille à Paris. Éminente traductrice de la philosophie (Jan Patočka), de la littérature (Durych, Havel, Hiršal, Jedlička, Lustig, Matoušek, Weil…), des écrits d’artistes (Kupka, Šíma) et de la poésie tchèques modernes, Erika Abrams n’a pas peur de sortir franchement des sentiers battus, puisque nous lui devons notamment, dans une version française remarquable à tout point de vue, les œuvres des « grands marginaux » du XXe siècle tchèque comme Jakub Deml, Ladislav Klíma (édition des œuvres complètes en français aux éditions de La Différence, en tchèque aux éditions Torst), Richard Weiner (connu en France pour sa fréquentation du groupe Le Grand Jeu), ainsi que celle des poètes, parmi les plus nécessaires de leur temps (qui est encore le nôtre) : Ivan Blatný, František Halas, Zbynĕk Hejda, Vladimír Holan, Jiří Kolář. Elle a reçu en 1992 le prix Laure Bataillon pour Bohême bohème de Josef Hiršal ; en 1994, le Grand Prix national de la Traduction pour l’ensemble de son œuvre ; en 2006, le prix Magnesia Littera pour services rendus à la littérature tchèque ; et, en 2007, un doctorat en philosophie honoris causa de l’université Charles de Prague. Depuis les années 1990, elle traduit également de l’anglais (Eleanor Catton, JM Ledgard, Joseph Skibell, Sarah Waters).