Par une sombre journée d’été de l’an 1984, Holly Sykes, adolescente en fugue, fait la rencontre d’une dame étrange qui, en échange d’un « asile », lui offre une inoffensive tasse de thé. Plusieurs décennies passeront avant qu’Holly ne saisisse exactement de quel genre d’asile l’inconnue voulait parler…

Fresque vertigineuse comme seul peut en imaginer l’auteur de Cartographie des nuages et des Mille automnes de Jacob de Zoet, L’âme des horloges expose en six temps des moments de la vie d’Holly, depuis sa jeunesse tempétueuse à Gravesend jusqu’à sa vieillesse sur la côte atlantique de l’Irlande en l’an 2043. Une vie en apparence plutôt ordinaire, mais trouée d’éclairs de précognition, de visites d’inconnus surgis de nulle part et de brèves altérations de la trame du réel. Car Holly Sykes – fille, soeur, mère, gardienne – tient aussi à son insu un rôle dans une vieille querelle se jouant dans les coulisses de notre monde. Elle pourrait même en être l’arme ultime.

Thriller métaphysique doublé d’une chronique de notre ère vouée à l’autodestruction, ce roman kaléidoscopique électrifie l’esprit du lecteur, qui sera à nouveau emporté par le formidable esprit d’invention qui a fait de David Mitchell l’un des auteurs les plus admirés de la scène littéraire mondiale.

Traduit de l’anglais par Manuel Berri