L’ange de pierre / Une divine plaisanterie

Vingt-cinq ans après la disparition de la grande dame des lettres canadiennes qu’était Margaret Laurence, Alto complète la réédition intégrale d’un des plus importants édifices romanesques de notre époque: le cycle de Manawaka. Désormais disponible dans une édition en trois volumes, les cinq romans sont présentés par autant d’auteures québécoises séduites par la force et l’humanité des ces récits de femmes hors du commun. Ce premier tome comprend L’ange de pierre, véritable monument des lettres modernes considéré par plusieurs comme le chef-d’œuvre de l’auteure, et Une divine plaisanterie (Prix littéraire du Gouverneur général du Canada), adapté au cinéma sous le titre de Rachel, Rachel par Paul Newman.

L’ange de pierre (Préface de Marie Hélène Poitras)

Le chef d’oeuvre de Margaret Laurence L’ange de pierre, qui raconte la vie mouvementée de Hagar Shipley dans une ville fictive des prairies, Manawaka, est enfin réédité. Quatre-vingt dix ans d’une existence marquée par la passion et la tourmente n’ont rien enlevé à la justesse et à la vivacité du regard d’Hagar Shipley. Au crépuscule de sa vie, cette vieille dame en apparence acariâtre, qui a hérité de ses ancêtres une fierté tenace, revisite le chemin parcouru, depuis son enfance à Manawaka en passant par son mariage houleux et la relation complexe qu’elle entretient avec ses enfants. Avec une lucidité amusée et une ironie d’une rare finesse, cette femme hors du commun nous fait redécouvrir le véritable sens des mots liberté, indépendance et dignité. Grand classique des lettres canadiennes enfin redécouvert en français, L’ange de pierre est le premier volet d’un cycle romanesque unique et louangé de par le monde. Une célébration étonnante de la vie comme elle est en réalité, à la fois cruelle et magnifique.

Une divine plaisanterie (Préface de Élise Turcotte)

Rachel Cameron, une institutrice célibataire vivant à Manawaka, est enfermée dans un cocon de silence, une armure de désirs inassouvis. Celle qui se définit comme un « anachronisme » continue, jour après jour, de prendre soin de sa mère en couvant à l’insu de ses collègues une détresse intérieure profonde, une soif de liberté et de passion que la rencontre de Nick, un amant de passage, viendra brièvement apaiser. Récompensé par le Prix littéraire du Gouverneur général et adapté au cinéma par Paul Newman sous le titre Rachel, Rachel, Une divine plaisanterie dissèque avec un humour acide les thèmes de la solitude, de l’amour, de la mort et de la foi. En remarquable peintre des sentiments, la grande dame des lettres canadiennes signe un récit émouvant pétri d’humanité, un portrait de femme hors du commun aux échos universels.

Traduit de l'anglais (Canada) par Sophie Bastide-Foltz et Édith Soonckindt

Lire un extrait