À l’aube du XXe siècle, dans une boulangerie du VIIIe arrondissement, les Notre-Dame préparent leur fournée selon une recette transmise de père en fils. Mais ceux-ci partagent aussi une tare : Octavio, comme son paternel, ne sait pas lire, ce qui ne les empêche pas de mitonner les plus fabuleux récits, peuplés de sirènes italiennes et de tapis volants.

Fille de tailleur élevée dans le culte de l’apparence, défigurée par accident, Isabeau Normande redonne aux tableaux leur beauté d’antan, tapie dans la pénombre des sous-sols du Louvre. Elle en émerge seulement, cachée sous son foulard de soie, pour lire au jardin des Tuileries.

Autour d’eux valse une étonnante tribu parisienne : un horloger à bésicles, un musicien de jazz rescapé des tranchées, un peintre fauché, un bouquiniste entremetteur, quelques commères et plusieurs âmes charitables. Si l’amour l’emporte au final, le charme de ce récit bon comme un croissant chaud réside surtout dans le détail du chemin qu’il emprunte. Avec la ferveur d’un miniaturiste, l’auteur de La fin de l’alphabet signe un somptueux tableau impressionniste sur la transmission des passions.

Traduit de l'anglais (Canada) par Caroline Lavoie

Lire un extrait