Mon premier dresse un pont entre le nouveau millénaire et la Seconde Guerre, entre le parcours d’une peinture volée et une poignée d’arnaqueurs arnaqués, quelques exilés et des origamis volants.

Mon deuxième se passe souvent un lundi dans un village embrumé où les gens, les objets et les mimes arrivent par accident.

Mon troisième est un tableau burlesque où sont esquissés des personnages hauts en couleur dans un paysage plein de ratures, de lignes de fuite, de fautes graves, de petites corrections et de fines parenthèses sur l’art d’être humain.

Mon tout forme un récit tonique à savourer cul sec.

Si vous n’avez pas décrypté cette drôle de charade, ce n’est pas grave. Certaines choses sont plus belles drapées dans une énigme. L’auteur de Monsieur Ho, cet imprévisible dompteur de mots, nous a encore joué un joli tour.

Lire un extrait