Question de nourrir les appétits artistiques des isolés, nous avons demandé à certains de nos auteurs de vous partager leurs engouements littéraires, filmiques et musicaux du moment. Pour cette troisième vague, voici les suggestions de Nicolas Dickner, Karoline Georges et Neil Smith.

 

Deux lectures proposées par Nicolas Dickner

Le peuple rieur – hommage à mes amis innus de Serge Bouchard et Marie-Christine Lévesque (Lux Éditeur)
Les premières nations font souvent l’objet d’une couverture médiatique portée par l’urgence, qui contribue rarement à éclairer la complexité de leur situation. Serge Bouchard nous offre une contribution très personnelle – très bouchardienne – sur la question. Le peuple rieur donne une perspective à fois historique et contemporaine de la nation Innu, en utilisant tour à tour le regard académique et l’anecdote personnelle. Un livre d’une indéniable importance politique, mais surtout le portrait émouvant d’un grand peuple.

Guide d’un astronaute pour la vie sur Terre, Chris Hadfield, traduction de Rachel Martinez (Libre Expression)
Pour Chris Hadfield, ce qui définit l’astronaute n’est pas le fait – presque anecdotique – d’aller dans l’espace, mais plutôt une certaine manière de penser, d’agir et de collaborer. En lisant cet ouvrage, on a l’impression que la vie du commandant Hadfield a été une longue courbe d’apprentissage. Il s’agit d’un récit complexant, fascinant, et terriblement contagieux, que l’on termine en rêvant de devenir soi-même (un tout petit peu) astronaute.

 

Karoline Georges à la rescousse

Littérature :

Les employés de Olga Ravn, traduction de Christine Berlioz et Laila Flink Thullesen (La Peuplade)
Je combats le feu par le feu, et l’anxiogène par de l’extra-anxiogène. Ce roman est formidablement étrange. Un croisement hybride entre littérature expérimentale, poésie et science-fiction. Des images vraiment inédites. Des questions fondamentales posées avec finesse. D’une beauté atypique.

Documentaire :

The Planets, BBC Earth
Narré par le charismatique professeur Brian Cox, ce très pertinent documentaire nous oblige à nous décoller de l’actualité, des menaces imminentes et autres catastrophes en cours, pour changer radicalement de perspective et dilater notre regard à l’échelle du système solaire. Méditatif. Oxygénant.

Musique :

J’aime faire l’expérience de l’infiniment grand… et de l’infiniment petit. Certaines expériences musicales minimalistes semblent nous donner accès au chant des particules élémentaires.
Vromb
L’œuvre entière de Vromb, un créateur québécois résolument singulier, est à découvrir. Son travail sur la vibration est d’une telle puissance qu’on a parfois l’impression d’atteindre aux fibres mêmes de la matière universelle.
Radboud Mens — Pulse
L’œuvre de Radboud Mens semble quant à elle s’adresser directement à tous nos électrons pour les stimuler d’une manière inédite. Un massage moléculaire qui m’apaise toujours autant après près d’une décennie.

Chaîne Web :

Kurzgesagt – In a Nutshell
Pour se cultiver à petites doses. La chaîne Kurzgesagt — In a Nutshell offre des centaines de capsules autour de sujets tout aussi passionnants que les trous de vers, la théorie des cordes, les ordinateurs quantiques; le tout de manière succincte et très colorée, sur un ton qui rassure et qui amuse.

 

Dans la mire de Neil Smith

À lire :

Le deuxième mari de Larry Tremblay (Alto)
Une fable déconcertante sur un mariage arrangé où les parents promettent leurs fils à une femme riche déjà mariée. La vie du garçon devient une sorte de cage d’oiseau dont il ne peut s’échapper. En créant une société matriarcale, Larry nous permet de mieux cerner les maux dont souffre notre monde patriarcal.

Mon année de repos et de détente d’Ottessa Moshfegh, traduction de Clément Baude (Fayard)
Après la mort de ses deux parents, une jeune femme blasée et sans ambition décide de passer une année au complet dans son appartement du Upper East Side, de préférence dans son lit sous les effets de somnifères. Son but : sortir totalement transformée de cette longue hibernation qu’elle s’impose.

Le couvre-feu de Jesse Ball (Inculte)
Dès que la lune est visible dans le ciel, les citoyens d’une ville n’ont plus le droit de sortir dehors. Si la police les attrape dans la rue après le coucher du soleil, ils sont arrêtés, et peut-être même assassinés. Le gouvernement déclare que « tout bon citoyen passe la nuit dans son lit », tout en niant qu’un vrai couvre-feu existe.

À voir :

Orange Is the New Black, série créée par Jenji Kohan
L’animatrice multimillionnaire Ellen DeGeneres, confinée à son gigantesque manoir de Beverly Hills pendant la pandémie, a comparé son expérience à un emprisonnement. Une image plus juste de l’emprisonnement se révèle dans cette télésérie, surtout dans la sixième saison, où les détenues sont transférées à une prison de haute surveillance.

Parasite, écrit et réalisé par Bong Joon Ho
Dans ce film oscarisé, les moins nantis se trouvent cachés, et parfois oubliés, dans les entrailles de la ville de Séoul, jusqu’au jour où ils remontent à la surface pour se venger des humiliations qu’ils ont subies. Un portrait accablant du fossé entre les riches et les pauvres.

Vous voulez recevoir en exclusivité les prochains volumes de L’art en temps de confinement? Inscrivez-vous à notre infolettre.