D’une île canadienne isolée aux fourmillements de Kaboul, de la Lune à la fin du monde, d’une histoire de couple à l’agonie à celle d’un couple à jamais en suspens, cette saison vous dépaysera à coup sûr.

Station Eleven

Le premier jour
Éclosion de la grippe géorgienne. On estime qu’elle pourrait contaminer 99% de la population.

Deux semaines plus tard
La civilisation s’est effondrée.

Vingt ans après
Une troupe présente des concerts et des pièces de théâtre aux communautés regroupées dans des campements de fortune. La vie semble de nouveau possible. Mais l’obscurantisme guette, menaçant les rêves et les espérances des survivants.

Roman phénomène publié dans une vingtaine de pays, Station Eleven illustre brillamment que l’art, l’amitié, la résilience et ce qui nous unit permettent de tout traverser, même une fin du monde.

Traduit de l'anglais (Canada) par Gérard de Chergé

L'impureté

La romancière à succès Alice Livingston est morte.

Elle laisse derrière elle des lecteurs éplorés, un manuscrit inédit, un fils qui cherche à refaire sa vie le plus loin possible de son père, et son mari Antoine, incapable de pleurer sa mort et qui n’a jamais apprécié son œuvre. Pourtant, le roman posthume de sa femme va le bouleverser et le contraindre à faire face à ses souvenirs. Et inévitablement à ses démons enfouis. Car la fiction parfois tisse entre les lignes une toile vengeresse.

Variation d’une franchise radicale autour de la manipulation des êtres et de la fragilité des idéaux, L’impureté déploie tout l’arsenal de l’auteur de L’orangeraie et du Christ obèse.

Police lunaire

Il fut un temps où l’on encourageait la colonisation de la Lune et nombreux sont ceux qui ont décidé de s’y installer; humains et robots cohabitaient paisiblement sur l’astre au front d’argent. Mais l’attraction terrestre étant ce qu’elle est, la plupart d’entre eux ont finalement choisi de retourner sur la planète bleue. La population sélénienne diminue désormais de jour en jour et pour le policier lunaire la routine cède au spleen.

À la fois drôle et mélancolique, minimaliste et juste, Police lunaire se passe de grands effets spéciaux pour se concentrer sur la douce absurdité de la vie (et de la technologie!).

Traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par Catherine Leroux

Mektoub

Mektoub! C’était écrit!

Cette expression, qui évoque la fatalité, résume à elle seule un éternel débat : notre destinée échappe-t-elle à notre volonté ou disposons-nous d’un libre arbitre qui nous permet de l’infléchir?

Le 31 juillet 1976, à Montréal, le dernier accident d’une série de sept va déterminer le destin d’un homme et d’une femme qui, toute leur vie durant, tenteront de donner un sens à cet événement.

Avec la verve qu’on lui connaît, Serge Lamothe (Tarquimpol, Les enfants lumière) se joue des frontières du vraisemblable afin d’éclairer notre humanité et nous entraîne dans la quête émouvante de deux êtres qui se savent destinés l’un à l’autre.

Troupe 52

« Troupe 52 est le meilleur roman que j’ai lu depuis très longtemps. »

Bret Easton Ellis

Chaque automne, c’est une tradition aussi réconfortante qu’une histoire à faire peur au coin du feu : le chef scout Tim Riggs emmène sa troupe camper sur une île coupée du monde. Mais cette année, la peur sera bien réelle. Lorsqu’un homme traqué, affamé et pâle comme la mort accoste à la faveur de la nuit, une étrange épidémie s’abat sur l’île. Débute ainsi pour les membres du petit groupe une lutte pour survivre aux éléments, à l’infection et à leurs démons.

Haletant, brutal, volontairement excessif, Troupe 52 ne ménage pas les effets pour nourrir nos pires craintes. Nick Cutter, double maléfique de Craig Davidson (De rouille et d’os), dissèque la noirceur infinie des hommes dans un huis clos où l’appétit et la paranoïa mènent un bal dément. Car la faim justifie ici tous les moyens.

Traduit de l'anglais (Canada) par Éric Fontaine

Dans l'œil du soleil

Qu’est-ce qui inspire les Icare modernes ? La volonté de venir en aide aux autres, ou le besoin de se sauver eux-mêmes ?

Kaboul, dix ans après le 11 Septembre. Trois étrangers trouvent la mort dans un attentat à la voiture piégée: Alexandra, avocate québécoise spécialisée en droit humanitaire, Justin, idéaliste religieux enseignant dans une école locale, et Clay, ex-militaire devenu contractuel en sécurité. Les liens complexes qui les unissent se révéleront au fil de l’enquête que mène une connaissance, journaliste proche des disparus. Du Maine à la Louisiane en passant par le Québec et l’Afghanistan, l’ambition de trouver un coupable cède la place à un dessein plus vaste, de nouvelles silhouettes se dessinent, et le reportage peu à peu se transforme en un roman d’une violente beauté.

Traduit de l'anglais (Canada) par Dominique Fortier

Santa

Elle a soixante et onze ans, une énergie redoutable et un humour presque aussi grinçant que ses articulations. Le monde, elle connaît. Surtout le pauvre monde, les mal en point, les laissés-pour-compte trimballés entre travailleurs sociaux et forces de l’ordre.

Quand un certain Kevin Coquet, inspecteur-chef et néanmoins ami, lui demande de débusquer un réseau de voleurs aux Galeries Barberon, elle n’hésite pas une seconde. Déguisée en Père Noël, elle pourra se fondre dans la faune débridée. Pourquoi hésiterait-elle? Elle a vu neiger, comme on dit. Et ça tombe bien, Noël n’est plus très loin…

Pour chaque exemplaire vendu (papier et numérique), Alto versera 5 $ aux Banques alimentaires du Québec, un organisme qui combat la faim, un repas à la fois.

Merci à Marquis imprimeur et à Studio C1C4 pour leur généreuse participation.

Ceci est une boutique de démonstration pour test — aucune commande ne sera honorée. Rejeter