Au tournant du millénaire, Ariane parcourt l’Allemagne, découvrant les traces de la barbarie des guerres. Elle cherche aussi à surmonter les séquelles d’une autre incarnation de la violence, une agression brutale à laquelle elle a survécu de justesse.
Au même moment, dans un pénitencier de l’Ontario, son assaillant macère dans la haine et la rage qui ont fait de lui un prédateur, naviguant entre pulsions et punition, entre ses fantasmes et ses mauvais souvenirs.
Au son de Portishead et de PJHarvey, dans les rues d’un Montréal cru et vivant, ce roman-culte donne la parole aux deux acteurs d’une rencontre fracassante. Loin de toute ambition moralisatrice, Soudain le Minotaure se lit comme une exploration frontale de la violence faite aux femmes. Une lecture qui se révèle, vingt ans plus tard, plus pertinente que jamais, plus déroutante qu’une avancée dans le labyrinthe d’un monstre.

Édition vingtième anniversaire revue et suivie d’une postface de l’autrice

Lire un extrait