Lire plus loin

Jeanette Winterson

Frankissstein Jeanette Winterson

Fiche de lecture

Genève, 1816. Dans une villa enveloppée de brouillard et trempée par une pluie sans fin, Mary Shelley est mise au défi d’écrire une histoire de fantôme. S’éveillant d’un cauchemar dans l’orage, elle est frappée d’une idée : un créateur, sa créature, Frankenstein.

Dans l’Angleterre post-Brexit, Ry Shelley, jeune chirurgien trans se présentant comme un être hybride, fournit des membres humains à Victor Stein, chef de file de l’intelligence artificielle, pour un projet secret. Pendant ce temps, Ron Lord, goujat sans filtre habitant chez sa mère, crée des robots sexuels pour répondre à toutes les pulsions masculines et ainsi rendre le monde meilleur.

Où se situe la frontière entre la fiction et la réalité, entre la conscience et l’idée ? Quelle est la différence fondamentale entre l’homme et la femme ? Autant de questions pour ce roman fou et brillant qui dissèque avec acuité notre époque et notre vision de l’amour.

Traduit par Céline Leroy

Titre original: Frankissstein: A Love Story

Faits saillants

  1. Croisement entre la fiction historique et la science-fiction dystopique.

  2. Remise en question du corps, de la rationalité, de l’humanité et de son avenir.

  3. Exploration des potentialités et de notre responsabilité en matière de développements technologiques et d’intelligence artificielle.

  4. Avertissements : scènes de violences et agressions sexuelles, langage cru.

Informations pédagogiques

Époque·s

Début du XIXe siècle et époque contemporaine/futur proche.

Lieu·x

Genève, Grande-Bretagne, Italie.

Thèmes

Transhumanisme, intelligence artificielle, immortalité, ambition, pouvoir, exploitation, dualisme corps/esprit, sexualité, monstruosité, histoires et inventions.

Style et construction du récit

Organisation de l’histoire en deux temporalités : l’une proposant une interprétation de la vie de Mary Shelley et l’autre sa réécriture futuriste présentée à la manière d’un roman à clés (renvois aux personnages et aux événements réels). Les deux trames se relient par échos et mises en abyme. Le ton satirique et les dialogues tournés vers l’humour s’engagent dans des réflexions philosophiques.

Pistes de réflexion

  1. Transmettre aux élèves quelques notions d’intertextualité. Observer la relation qui s’articule entre Frankenstein de Mary Shelley et sa réécriture par Jeanette Winterson en relevant des citations directes, des allusions, des reprises thématiques ou formelles.

  2. À l’instar du livre de Mary Shelley, le Frankissstein de Jeanette Winterson interroge l’idée de la monstruosité. Qu’est-ce qui caractérise leurs « monstres » respectifs ? Quels aspects de la société ou de l’être humain reflètent-ils ?

  3. Réfléchir à cette question que pose le roman : sommes-nous nos corps ou sommes-nous seulement des âmes résidant dans la matière physique ? Les élèves peuvent dépasser le texte et aborder cette question par les théories du genre, le transhumanisme, l’anti-spécisme ou tout autre angle qui leur semble pertinent.

  4. Le roman de Mary Shelley est né d’un défi, celui d’écrire une histoire d’horreur, à laquelle elle a mêlé des éléments pseudo-scientifiques, exercice répété par Winterson deux siècles plus tard. Proposer aux élèves de créer leur propre récit d’horreur qui emprunte des éléments à la science-fiction.

En complément

Lectures

La seule chose qui intéresse tout le monde, roman de François Blais

12 Bytes: How AI Will Change the Way We Live and Love, essai de Jeanette Winterson

Faire la morale aux robots : une introduction à l’éthique des algorithmes, essai de Martin Gibert

Manifeste cyborg, essai de Donna Haraway

Artifice, roman graphique de Alex Woolfson et Winona Nelson

Vers d'autres arts

Wollstonecraft, texte de Sarah Berthiaume et mise en scène d’Édith Patenaude

Blade Runner, film de Ridley Scott et Blade Runner 2049, film de Denis Villeneuve

Ex Machina, film de Alex Garland

Her, film de Spike Jonze

Co(AI)xistence, installation vidéo de Justine Emard

Extraits

  1. Page 42

    Comment? Mais ouais, exactement comme Barbie. Vous avez raison, hein, c’est quand même marrant que les garçons doivent attendre l’âge adulte pour pouvoir jouer à la poupée! Hahaha, en voilà une idée, je n’y avais pas pensé, mais c’est une idée. Ça va faire rire maman quand je lui raconterai.

  2. Page 60

    J’avais visité une manufacture à Manchester avec mon père. J’avais vu les misérables créatures réduites à l’esclavage et à des mouvements aussi répétitifs que des machines. Seul leur air malheureux les en distinguait. L’énorme richesse produite par les usines ne revient pas aux ouvriers, mais à leurs propriétaires. Les humains doivent vivre dans la misère pour faire vivre l’esprit de la machine.

  3. Page 80

    En théorie, si vous possédez un robot, vous pouvez l’envoyer travailler à votre place et garder l’argent. Vous pouvez aussi vous en servir à la maison comme domestique non rémunéré. Ou vous pouvez l’envoyer désherber vos champs sans produits phytosanitaires. Ça devrait donc être génial. Mais à quel moment les choses ont-elles déjà été géniales ? Dans le rêve humain?

  4. Page 146

    Pour l’instant, les ordinateurs sont impressionnants pour tout ce qui est calcul et analyse de données. Nous pouvons écrire des programmes donnant l’impression que les ordinateurs interagissent avec nous, et c’est amusant, sauf qu’ils n’interagissent pas comme le ferait un être humain. Mais qu’arrivera-t-il quand un programme qui se sera autodéveloppé, qui aura sa propre version de ce que nous appelons la conscience, s’apercevra exactement de qui/ce qui est de l’autre côté de l’écran ? Nous ? Nous.

Nouveau programme de récompenses d'Alto Cliquez ici pour plus d'information