Lire plus loin

Hélène Vachon

Le complexe de Salomon Hélène Vachon

Fiche de lecture

Et si une bouteille d’eau interactive pouvait vous polluer l’existence ? À quel sacrifice consentiriez-vous pour que votre mari ne vous oublie pas ? Existe-t-il un moyen simple, discret et sécuritaire de se débarrasser des livres encombrants ? Au coeur du Complexe de Salomon, il y a nous, vous, eux, funambules malhabiles et tenaces qui s’évertuent à décrypter le monde. Et si certains s’en détournent, la mort dans l’âme, d’autres le saisissent à bras-le-corps et le secouent comme un pommier. Il en tombe toujours quelque chose.

Nous vivons une époque formidablement absurde, absconse, indéchiffrable. Heureusement, Hélène Vachon est là pour la rendre plus tolérable à travers ses récits, véritables bijoux d’humanité tricotés avec maestria. Entre éclats de rire et éclairs de perspicacité, le lecteur remerciera sans doute l’auteure de Santa pour sa finesse, sa drôlerie féroce et le tranchant de son regard, qu’elle a si bien affûté sans jamais céder au cynisme facile.

Adoptez ce livre, il vous le rendra bien.

Faits saillants

  1. Recueil de nouvelles courtes et rythmées, souvent dialoguées.

     

  2. Sur un ton souvent humoristique, on aborde plusieurs thèmes, dont le jugement de valeur, le malentendu, la vertu et le dilemme moral.

  3. Sauf pour la dernière nouvelle, inspirée des derniers jours de l’écrivain autrichien Stefan Zweig en 1942 au Brésil, tous les textes se déroulent dans un monde contemporain reconnaissable, sans être nommé.

  4. La fable biblique du jugement du roi Salomon, qui interroge les problèmes du mensonge et de la jalousie, inspire la nouvelle éponyme du recueil.

     

Informations pédagogiques

Époque·s

1942; notre monde contemporain.

Lieu·x

Pétropolis, Brésil; monde urbain contemporain.

Thèmes

Dilemmes moraux, vanité, amour maternel, jalousie, intelligence artificielle, estime de soi, jugements de valeurs, mensonge, absurde, malentendus, personnages d’écrivains, vertu, honnêteté, humour, deuil, désespoir.

Style et construction du récit

Le recueil compte douze courtes nouvelles, dont les plus longues font dix pages. Le style est vivant et sans artifice, va droit au but et est souvent humoristique. Quelques nouvelles sont dialoguées et mettent en scène des personnages qui peinent à se comprendre. La dernière, au style plus ample et à la voix sérieuse, traite du désespoir de l’écrivain Stefan Zweig à la fin de sa vie, et cite un passage de sa lettre d’adieu.

Pistes de réflexion

  1. Dans l’une des nouvelles, une bouteille d’eau futuriste dotée d’intelligence artificielle sème la pagaille dans la vie du protagoniste. Le progrès technologique est-il toujours positif? Écrivez une nouvelle sur le thème de la connectivité des objets domestiques, ses avantages et ses dangers.

  2. Écrivez un dialogue dans lequel les interlocuteurs se comprennent mal, ce qui occasionne un quiproquo.

  3. Dans le mythe biblique du Jugement du roi Salomon, ce dernier doit juger à qui donner un enfant perdu entre deux femmes qui se déclarent sa mère. Hélène Vachon transpose ce mythe dans un contexte familier et moins dramatique, et fait d’un billet de banque l’enjeu du mensonge et de la vérité. Trouvez un mythe fondateur (bible, coran, mythologie grecque, mythologie asiatique, etc.) et transformez-le pour qu’il soit adapté à notre monde du 21e siècle.

     

En complément

Lectures

Attraction terrestre, Hélène Vachon

Manuel à l’usage des femmes de ménage, Lucia Berlin

Sans cœur et sans reproche, Monique Proulx

Les livres de Arto Paasilinna

Les livres de Stefan Zweig

 

Vers d’autres arts

La série Black Mirror

Le cinéma des frères Cohen

Les réécritures modernes de mythes :

La pièce Le cercle de craie caucasien de Bertolt Brecht

Le film Antigone de Sophie Deraspe

 

Extraits

  1. Pages 42-43

    Le mois écoulé, il patienta encore deux semaines. Un beau matin, il se rendit à la remise. Quand il toucha la poignée, le joyeux édifice se désintégra d’un coup et s’affaissa dans un vacarme mou, comme un rideau de scène tombé trop vite. Interdit, ne sachant comment interpréter cette nouvelle déconvenue, il resta immobile, la poignée dans la main, les yeux rivés sur ce qui avait échappé à la boulimie des coléoptères: une chaise pliante, un arrache-clou rouillé et, sagement disposés en petites piles bien nettes, ses livres.

  2. Page 55

    Oui… mais ne brûlons pas les étapes, bredouille l’intervieweuse. Avant de concevoir, comme vous dites, vos parents se sont mariés. En mille neuf cent… (elle fourrage dans ses notes).

    Ils sont pas toujours dans la cuisine, non. Ils sont mariés. Grand mariage, beaucoup de monde, avec évêque présent et tous les pécheurs.

    Pêcheurs, plutôt (elle fourrage toujours), c’est ce que vous voulez dire sans doute?

    Pas du tout, non. Mariage pas heureux. Ils se disputent souvent, l’atmosphère confinée, rien pour favoriser carrière littéraire.

    Alors justement (elle a chaud), qu’est-ce… qu’est-ce qui vous a amené à écrire, Astrup Pedersen?

    Le poisson. Dans la cuisine, nous mangions beau- coup poissons. Le poisson est grande source d’inspiration. Pécheurs très présents dans mes livres.

  3. Page 63

    Mon voisin et ami Edmond est un homme courtois, altruiste, empathique, généreux et scrupuleusement honnête, bref un être totalement inapte à la vie en société. Tout le monde se méfie de lui, à commencer par moi.

    Il aime les gens, les plantes, les bêtes, les insectes, les cailloux avec un égal bonheur, il range les bacs à ordures de ses voisins quand ceux-ci négligent de le faire, redistribue le courrier égaré, ferait des kilomètres pour redonner dix dollars perçus en trop, soigne les oiseaux blessés, recueille les chats errants, libère les mouches au lieu de les tuer (il attend que la mouche se pose sur une surface plane, il l’emprisonne sous un cendrier, glisse un carton dessous et transporte le tout dehors. La mouche s’envole sans un mot de remerciement).

    Le problème avec les gens enclins à la sainteté comme Edmond, c’est qu’ils sont incapables de ne pas faire le bien.