Lire plus loin

Charles Quimper

Marée montante Charles Quimper

Fiche de lecture

Quel courant fugitif a ravi Béatrice à ses parents ? Il n’aura fallu qu’un clignement d’yeux, aussi bien dire une éternité, pour que leur petite anémone disparaisse, laissant le couple enterrer un cercueil vide d’une indécente légèreté. Mais papa s’accroche à un espoir comme à une bouée : si chaque cours d’eau répond à l’appel de la mer, alors il remontera le courant qui le mènera jusqu’à sa fille.

Il s’improvise dès lors capitaine d’un improbable bateau de sauvetage. Au fil des jours, il sondera sans relâche les eaux du globe, notera selon les caprices de sa mémoire les souvenirs des jours heureux, insouciant devant la tempête qui gronde sur l’horizon.

Émouvante dérive sur le thème de l’absence mâtinée de poésie douce et saline, Marée montante est une déclaration d’amour à ceux qui nous quittent trop tôt, une comptine pour endormir le chagrin.

Faits saillants

  1. Fable poétique inspirée des odyssées maritimes.

  2. Immersion sensorielle et imaginaire dans les intempéries et les particularités du paysage océanique.

     

  3. Traitement lyrique de la perte d’un enfant, qui suit un père endeuillé dans un monde onirique.

  4. Les chapitres sont ponctués de brèves capsules et anecdotes portant sur l’astronomie et l’hydrographie.

  5. Péripéties et fin ouvertes à l’interprétation en raison du brouillage qu’exerce la voix narrative sur ses souvenirs et son quotidien.

Informations pédagogiques

Époque·s

Contemporaine (non spécifiée).

Lieu·x

Le logement (ville non spécifiée) et le voilier du narrateur, l’océan (en passant par le Gulf Stream, le cap Horn, l’Amazone, le Nil, le détroit de Malacca, la mer de Chine, la mer du Nord, la mer Tyrrhénienne, etc.), la planète Neptune.

 

Thèmes

Deuil, amour parental, errance, astronomie, hydrographie, navigation.

 

Style et construction du récit

Le récit, narré à la première personne, est divisé en courts chapitres et est constitué de fragments interdépendants. Deux trames s’alternent : celle des conséquences rapprochées d’un drame et celle de la quête chimérique du narrateur en pleine mer pour résoudre ce drame. L’alternance des deux permet d’éclairer le rapport trouble qu’entretient le narrateur avec le réel. Le style est lyrique et imagé ; la prose se déploie avec fluidité, en accord avec l’univers marin.

Pistes de réflexion

  1. Avec Marée montante, Charles Quimper aborde le deuil. Demander aux élèves comment l’art peut aider à faire sens des drames. Inviter le groupe à partager des exemples d’œuvres qui réussissent à porter des sujets difficiles.

  2. Les détails de la mort de Béatrice sont souvent altérés et un brouillage s’opère entre la réalité et l’imaginaire du narrateur. Réfléchir ensemble aux motivations derrière cette ambiguïté narrative.

  3. Certains fragments de Marée montante dégagent le potentiel poétique de connaissances scientifiques (par exemple, à la page 57, le narrateur parle du lien entre la Terre et la Lune pour évoquer son lien avec sa fille). Demander aux élèves d’écrire un fragment qui reprend ce procédé sur sujet de leur choix.

En complément

Lectures

Pas même le bruit d’un fleuve, récit d’Hélène Dorion

Le désert avance, pièce de Marc-Antoine Cyr

Pendant la mort, recueil de Denise Desautels

La nageuse au milieu du lac, récit de Patrick Nicol

Les eaux étroites, récit de Julien Gracq

Vers d’autres arts

Hide Away, film de Chris Eyre

Manchester by the Sea, film de Kenneth Lonergan

Wave, album de Patrick Watson

Extraits

  1. Page 39

    Chaque jour est le jour de ta mort, chaque matin je suis tiré du sommeil par le bruissement de l’eau et je reste étendu plusieurs minutes en état d’alerte, saisi de terreur. J’ai sondé les eaux du Nil, j’ai écumé la Méditerranée et la mer de Chine, sans nouvelles de toi.

  2. Page 47

    Je me suis confectionné une plage où je pourais passer de longues heures à construire des châteaux que la marée ne pourrait jamais détruire. Une plage loin de la mer carnivore et des goélands tapageurs, un endroit chaleureux où je pourrais dormir à la nuit tombée.

  3. Page 62

    Le lendemain, nous n’étions qu’un entrefilet dans le journal local. Il parlait d’un bête incident, d’une néglicence fatale.

  4. Pages 65-66

    J’ai entrepris un voyage jusqu’à toi. Je chevauche des vagues pourpres et noires, j’écope la cale de mon bateau pour l’empêcher de sombrer. J’y suis presque, ma chérie, conduis-moi jusqu’à toi, envoie-moi un émissaire, une baleine à bosse ou un narval, papa est encore debout malgré la faim et le froid, je suis bien amarré à la barre de mon bateau, j’y dors debout, déterminé à voguer nuit et jour pour enfin arriver jusqu’à toi.

Nouveau programme de récompenses d'Alto Cliquez ici pour plus d'information