Elsa Pépin

Le fil du vivant

$10.99$25.95

Le fil du vivant d’Elsa Pépin

Effacer
ISBN : N/A

Des pluies diluviennes s’abattent sur le Québec. Arrimée à ses deux jeunes enfants, Iona est déchirée entre un désir maternel de fusion et le besoin de s’évader, entre le monde parfaitement cartographié de Nils, son amoureux, et le souvenir des débordements et des débauches de sa jeunesse.

Bientôt, la réalité la rattrape. Montréal est sur le point d’être inondée et Nils a tout prévu : il emmènera sa famille à l’abri dans le nord, au somptueux manoir de son clan. Avec quelques proches, ils s’installent loin de la civilisation, isolés dans une forêt noyée, en pleine mutation. Au fur et à mesure que les réserves de nourriture diminuent et que la province s’enfonce dans le chaos, la tension monte dans la demeure au luxe désormais obsolète. Ceux qui entendent lutter férocement pour protéger leurs ressources affrontent ceux qui persistent à croire qu’il faut s’accrocher dans un élan solidaire au mince fil du vivant.

Elsa Pépin met en lumière les extrêmes qui gouvernent nos existences et la porosité des frontières que nous croyons pourtant étanches entre l’individu et le monde, entre la soif et la noyade, entre la destruction et la survie.

Finaliste aux Prix des Horizons imaginaires 2023
Finaliste Prix Jacques-Brossard 2023
Finaliste Prix littéraire des collégien·ne·s 2022-2023
Coup de coeur Renaud-Bray

Échos

Catherine Genest

Les libraires

«Dans un univers inquiétant où les abeilles meurent et les plantes peinent à pousser, où les réserves de nourriture s’écoulent dangereusement jusqu’à manquer, la quête de beauté d’Elsa Pépin fait l’effet d’un baume. Le fil du vivant, c’est à la fois une fable apocalyptique et un hommage à celles qui veillent à la survie de l’espèce humaine, qui s’oublient dans l’autre. C’est une histoire qui, par sa lucidité et sa douceur, son réalisme et sa violence, nous habite des jours durant et même après la dernière page.»

Iris Gagnon-Paradis

La Presse

«Au-delà de cette catastrophe aux airs de fin du monde qui se joue en trame de fond de ce deuxième roman d’Elsa Pépin, Le fil du vivant s’intéresse aux cages dans lesquelles nous nous enfermons ou desquelles nous brûlons de nous libérer, à nos fêlures et aspérités, et aux états extrêmes dans lesquels on se perd et on se noie, mais qui offrent aussi l’occasion de renaître et de se réinventer.»

Anne-Frédérique Hébert-Dolbec

Le Devoir

«D’une part, il y a la jeunesse. […] Puis, il y a la mère. […] Ces extrêmes, ces oppositions qui façonnent et triturent le corps, qui ouvrent la voie à une nouvelle perception du monde et de soi, sont au cœur du second roman d’Elsa Pépin, Le fil du vivant

Josée Boileau

Le Journal de Québec

«En un roman foisonnant, Elsa Pépin trace un magnifique chemin. […] un récit déroutant et saisissant, qui ramène le lecteur aux défis personnels qu’il croise et aux grands drames des temps actuels.»

Kareen Guillaume

Les Libraires

«Avec une redoutable lucidité, le nouveau roman d’Elsa Pépin fait se toucher nos extrêmes, se lit dans l’urgence, se vit comme une déflagration. Du genre qui résonne longtemps.»

Patrick Senécal

«”Le fil du vivant”, l’excellent roman d’Elsa Pépin, explore deux extrêmes (le contrôle et le chaos) en montrant des liens étonnants entre eux et que les forces qu’on y puise ne sont peut-être pas toujours celles que l’on croit. Écrit dans un style souvent admirable, c’est un roman qui ne juge aucun comportement, ni aucun personnage (sauf peut-être un peu celui de la soeur de Niels, mais c’est un détail) et qui réussit, malgré sa grande lucidité, à être optimiste, à clamer que la vie doit triompher malgré tout. Tellement que même moi, le pessimiste notoire sur la nature humaine, ai bien voulu y croire le temps de cette lecture. Chapeau, Elsa.»

Jean-Louis Trudel

Solaris

«L’écriture est riche et charnelle, imagée et talentueuse.»

Marie-France Bornais, Josée Boileau et Karine Vilder

Journal de Montréal

«La pluie ne cesse de tomber, Montréal est menacée, Iona doit fuir avec ses proches. Peu à peu, la loi de la jungle menace. Comment survivre? De ce prenant scénario, collé à l’actualité, se dégagent des images d’une grande sensualité. Et le laisser-aller s’avère une formidable forme de résistance.»

Josianne Létourneau

Collections

«L’autrice qui nous a offert Les sanguines chez le même éditeur, poursuit avec ce deuxième roman son exploration littéraire des limites: celles du corps mais, également, celles des rôles que nous revêtons… et dont les obligations, goulûment, nous dévorent.»

Les vertus de l’oubli

Avec Le fil du vivant, Elsa Pépin explore le rapport au corps comme une frontière (poreuse) entre les vivants, dans la maternité, dans la drogue et dans sa lutte pour sa (sur)vie; le rapport également au désir de liberté, d’émancipation et de transgression qui fait fi des fins du monde. À travers cet inédit, elle remonte aux origines du livre, aux réflexions nées avec son fils sur la faculté de se dissoudre pour parfois mieux renaître.

elsa pépin crédit photo Justine Latour

Autrice

Elsa Pépin

Elsa Pépin est née à Montréal en 1978. Journaliste et éditrice, elle écrit depuis dix ans des livres qui s’intéressent au corps, à la filiation et aux liens tissés entre soi et le monde. Elle a fait paraître le recueil de nouvelles Quand j’étais l’Amérique (Éditions XYZ, Quai no 5, 2014), qui a remporté le Prix littéraire des enseignants AQPF-ANEL en plus d’avoir été présélectionné pour le prix France- Québec, puis le roman Les sanguines (Alto, 2016). Elle a dirigé deux ouvrages collectifs : en 2011, Amour & libertinage par les trentenaires d’aujourd’hui (Les 400 coups) et, en 2019, Dans le ventre, histoires d’accouchement (Éditions XYZ, Quai no 5). Le fil du vivant est son deuxième roman. 

Crédit photo : Justine Latour

Fiche de lecture

Une fiche de lecture est disponible pour ce titre.

Aussi chez Alto

Nouveau programme de récompenses d'Alto Cliquez ici pour plus d'information