Heather O'Neill

Tu redeviendras poussière

$2.99$14.95

Tu redeviendras poussière de Heather O’Neill

Effacer
ISBN : N/A

Un modeste bungalow aux cadres de fenêtres peints en vert. Sur la porte, une couronne de fleurs en plastique est accrochée au-dessus du heurtoir doré. Une veilleuse de la Vierge est allumée en permanence, même si personne dans la maison ne peut prétendre croire en Dieu. 

Olive rentre aux petites heures du matin. Elle revient du Nook, au bout de la route du Mort. Elle est boueuse, mal en point, et lorsqu’elle se plonge dans la baignoire, un filet de sang s’échappe d’entre ses jambes. Dans les pièces d’à-côté, ses soeurs dorment à poings fermés. 

Elle dit qu’un homme l’a accostée et l’a forcée, mais sa famille, son enseignante et ses amies croient qu’elle ment. Entre les cours, la préparation d’une danse et les visites au dépanneur, des vers de terre lui sortent du nez, une vigne pousse dans sa cheville et une puanteur de plus en plus prenante la suit partout. 

Tu redeviendras poussière transcende la tradition du récit fantastique pour se transformer en une charge terrible et émouvante contre l’indifférence.

ectoplasme no2

  • Tirage unique et numéroté de 700 exemplaires
  • Couverts sérigraphiés par La bourgeoise sérigraphe
  • Pages de garde imprimées sur papier translucide
  • Relié et cousu par les Industries Phomere
  • Emballés par les altistes dans des sacs compostables

Traduit par Dominique Fortier

Titre original: The Shallow Grave

Un livre qui brille dans le noir !

Autrice

Heather O'Neill

Née à Montréal, Heather O’Neill est diplômée de l’Université McGill. Elle a remporté deux fois le Prix Paragraphe Hugh MacLennan et s’est vu remettre le Writers’ Trust Fellowship. Son premier roman, La ballade de Baby, lui a valu l’estime des lecteurs et de la critique. L’écrivaine, à « la griffe reconnaissable entre toutes » (Montreal Gazette), habite toujours la métropole, une ville dont elle s’inspire. Hôtel Lonely Hearts, La vie rêvée des grille-pain et Mademoiselle Samedi soir ont tous été traduits et publiés chez Alto.

Crédit photo : Julie Artacho