Heather O'Neill

Mademoiselle Samedi soir

$13.99$29.95

Mademoiselle Samedi soir de Heather O’Neill

Effacer
ISBN : N/A

Les jumeaux Nouschka et Nicolas Tremblay vivent avec leur grand-père dans un minuscule appartement du boulevard Saint-Laurent. Seule descendance du légendaire Étienne Tremblay, célèbre pour ses truculentes chansons sur la classe ouvrière et sa réputation de bon vivant, frère et soeur sont désespérément immoraux et d’un charme irrésistible. Élevés sous les projecteurs, les inséparables n’ont jamais pu se résoudre à céder à l’ordinaire.

À la veille de leur vingtième anniversaire, leurs pulsions autodestructrices finissent par les rattraper quand Nouschka accepte le rôle de reine de beauté au défilé de la Saint-Jean-Baptiste. L’attention des médias se braque de nouveau sur eux pour exposer leurs failles. Bien que Nouschka tente de s’émanciper et de s’éloigner de sa famille, elle demeure une Tremblay et, lorsque le malheur frappe, c’est vers les siens qu’elle revient.

Avec sa baguette magique, Heather O’Neill, marraine des esseulés et des amoureux transis, enchante le récit de cette famille éclatée qui se déchire pour mieux se recoller, et qui s’aime fort sous le ciel de Montréal.

Traduit par Dominique Fortier

Titre original: The Girl Who Was Saturday Night

Finaliste - Prix Scotiabank Giller
Coup de coeur Renaud-Bray

Échos

Manon Dumais

Le Devoir

« Mademoiselle Samedi soir est un roman familial doublé d’un récit d’apprentissage où la plus que douée Heather O’Neill pose un regard tendre et enveloppant sur une faune bigarrée de laissés-pour-compte, d’enfants poètes et de beaux fous comme seule elle sait en créer. »

★★★★

National Post

«La force de O’Neill en tant que styliste de la prose réside dans la puissance de ses phrases et dans sa façon de manier les images qui ressemble moins à du style qu’à un superpouvoir.»

Chantal Guy

La Presse

« Dans ce Montréal des années 90, où la bohème était encore possible, nous sommes chez de superbes décadents en pleine dérive, dans ce réalisme magique et délirant typique d’O’Neill, nostalgique de cette époque d’avant l’embourgeoisement, malgré le manque d’emplois, quand le prix des loyers était ridicule. »

Claudia Larochelle

Avenues.ca

«Rien de «normal» n’arrivera [aux personnages] dans le monde de cette auteure montréalaise qui risque de faire beaucoup parler d’elle au cours des prochaines années.»

René Homier-Roy

Culture club - Ici Radio-Canada Première

« Très bon bouquin. Il faut s’y laisser prendre et vous allez avoir du fun! »

Jay Du Temple

La soirée est encore jeune - Ici Radio-Canada Première

« J’ai adoré! [Heather O’Neill] est tellement talentueuse! »

Claudia Larochelle

Radio-Canada - Le téléjournal 18h

« Il y a un souffle chez Heather O’Neill! J’ai passé mon temps, en lisant, à surligner des choses… et à être un peu jalouse, je l’admets, de son écriture! »

Marie-France Bornais

Journal de Montréal

« Drôle, dramatique, émouvant, [et] complètement déjanté »

Amélie Gaudreau

Le Devoir

«Ce récit d’apprentissage de jumeaux, frère et sœur, […] rappelle parfois les motifs de Ducharme et d’Émile Ajar, pour le meilleur seulement. Un roman qui se prend bien, peu importe le soir.»

Les Libraires

«Le talent d’Heather O’Neill est d’être capable de capter en même temps l’ombre et la lumière et de nous en faire voir toutes les sensibles nuances. Du bonheur.»

Éric Moreault

Le Soleil

« Je suis soufflé, encore une fois. »

Collections

«[…]l’écriture est fluide, les personnages captivants et l’intrigue nous garde rivés aux pages du livre.»

Monique Roy

Châtelaine

«Librement inspiré de l’adolescence turbulente de l’autrice, ce récit implacablement dur, fabuleusement triste, fantaisiste avec une bonne dose d’ironie, est une promenade en montagnes russes d’où l’on sort bouleversé.»

Éric Moreault

Le Soleil

«[Ce] truculent tableau d’un Québec ouvrier à l’aube du tumultueux référendum de 1995 se lit d’une traite.»

Marie-Soleil Dion

Journal de Montréal

«C’est loufoque comme ambiance, et l’auteure dépeint bien le boulevard Saint-Laurent d’une certaine époque.»

Jean-François Crépeau

Le Canada Français

«[Les jumeaux Nouschka et Nicolas] sont désespérément immoraux et d’un charme irrésistible.»

Le soir où je suis devenue mère

Ce texte d’Heather O’Neill sur sa maternité toute neuve, avec ses vertiges et ses douceurs, est un bel écho à ce que vit le personnage de Nouschka dans Mademoiselle Samedi soir, paru cet hiver en CODA.

Kerascoët

Duo d’artistes français, Kerascoët est composé de Marie Pommepuy et Sébastien Cosset. On leur doit notamment la bande dessinée Jolies ténèbres (en compagnie de Fabien Vehlmann) et la série Beauté (scénario de Hubert). Nous leur avons demandé de créer une illustration pour la couverture de Mademoiselle Samedi soir, de Heather O’Neill. Comment l’idée…

Autrice

Heather O'Neill

Née à Montréal, Heather O’Neill est diplômée de l’Université McGill. Elle a remporté deux fois le Prix Paragraphe Hugh MacLennan et s’est vu remettre le Writers’ Trust Fellowship. Son premier roman, La ballade de Baby, lui a valu l’estime des lecteurs et de la critique. L’écrivaine, à « la griffe reconnaissable entre toutes » (Montreal Gazette), habite toujours la métropole, une ville dont elle s’inspire. Hôtel Lonely Hearts, La vie rêvée des grille-pain et Mademoiselle Samedi soir ont tous été traduits et publiés chez Alto.

Crédit photo : Julie Artacho