Margaret Laurence

Un oiseau dans la maison

$9.99$18.95

Un oiseau dans la maison de Margaret Laurence

Effacer
ISBN : 978-2-89694-058-5

À l’âge ingrat de douze ans, Vanessa MacLeod vacille au bord du gouffre séparant l’enfance de l’adolescence. Prise entre ces deux mondes, celle qui « déteste le fait d’être si jeune » grandit dans une imposante maison de briques où elle est un témoin privilégié de la vie qui bat au sein du nid familial. En huit histoires qui forment autant d’étapes d’un parcours menant à l’âge adulte et jalonné d’épreuves, de petits miracles et de grands deuils, elle se fera la chroniqueuse d’un clan fascinant, miné par la maladie et la folie.

Œuvre forte et novatrice tant par sa forme, assemblage de textes indépendants mais finement entrelacés, que par le regard, d’une étonnante justesse, qu’elle pose sur les relations entre les membres d’une même famille, Un oiseau dans la maison est marqué au sceau de la grande dame des lettres canadiennes qu’est Margaret Laurence.

Préface de Nadine Bismuth.

Traduit par Christine Klein-Lataud

Titre original: A Bird in the House

Échos

André Clavel

L'express

« Son récit est une merveille de perspicacité psychologique, une confession où le temps ralentit sa course tandis que défilent les portraits de famille. […] Une exploration de la mémoire familiale qui est aussi la chronique d’une époque – les années d’avant-guerre – et une célébration des paysages canadiens. Sous l’oeil infaillible d’une petite fée, contrainte d’en finir avec l’âge de l’innocence pour affronter les tourmentes de l’existence. »

Blog La lettrine

« Un oiseau dans la maison est un véritable bijou. »

Autrice

Margaret Laurence

Margaret Laurence a vu le jour en 1926 à Neepawa, au Manitoba. Après ses études, elle est embauchée par le Winnipeg Citizen s’installe en Angleterre avant de déménager en Somalie et au Ghana, un séjour qui la marque profondément. Son premier roman, This Side Jordan, est publié en 1960, suivi par ses mémoires somaliennes, The Prophet’s Camel Bell (Une maison dans les nuages), en 1963. En 1964 paraît son futur classique, The Stone Angel (L’ange de pierre), véritable assise d’un ambitieux édifice littéraire mondialement connu sous le titre de Cycle de Manawaka. Sous le couvert de la fiction, Margaret Laurence y transpose certains événements de sa vie dans un lieu imaginaire inspiré par sa ville natale. Suivront A Jest of God (Une divine plaisanterie, 1966, Prix littéraire du Gouverneur général du Canada), The Fire-Dwellers (Ta maison est en feu, 1969), le recueil de nouvelles A Bird in the House (Un oiseau dans la maison, 1970) et, enfin, The Diviners (Les Devins, 1974, Prix littéraire du Gouverneur général du Canada), roman complexe et mature qui vient clore de façon magistrale ce que beaucoup considèrent comme le plus important cycle romanesque canadien (en version intégrale dans la collection CODA). Encore aujourd’hui, Margaret Laurence demeure l’écrivaine la plus lue au Canada. Elle a exercé une profonde influence sur des écrivains majeurs tels Robertson Davies, Alice Munro et Margaret Atwood.