Prix littéraire

Catherine Leroux

Madame Victoria

Ce roman kaléidoscopique est disponible en livre audio sur Audible

$10.99$22.95

Madame Victoria de Catherine Leroux

Effacer
ISBN : 978-2-89694-194-0

À l’été 2001, un squelette apparaît à l’orée d’un petit bois, à quelques pas de l’Hôpital Royal Victoria à Montréal. Une enquête s’amorce, qui deviendra une quête : découvrir l’identité de cette femme morte sans bruit. Mais toutes les pistes mènent à l’impasse ; celle qu’on a baptisée Madame Victoria continue d’attendre que quelqu’un prononce son nom.

Aujourd’hui, la fiction prend le relais.

À partir d’une série de portraits de femmes, Catherine Leroux décline les vies potentielles de son héroïne avec une grande liberté. D’abord nettes comme le jour, ses hypothèses plongent de plus en plus loin dans l’imaginaire, comme des flèches filant vers un point où la mémoire et l’invention se confondent,vers un minuit où tout est possible, jusqu’au dernier souffle.

Prix Adrienne-Choquette
Première sélection du Prix des libraires du Québec
Auteure du mois de septembre Amazon.ca
Sélection « On aime » Archambault

Échos

Martine Desjardins

L'actualité

« Un livre animé par la compassion et la générosité, bouleversant d’humanité. »

Chrystine Brouillet

Salut, bonjour! Weekend

« Absolument fascinant! »

Josée Lapointe

La Presse

★★★★

« Roman d’une beauté troublante et d’une étrangeté dérangeante […], Madame Victoria navigue avec fluidité de la SF à la romance en passant par tout ce qui se trouve entre les deux. Absolument maîtrisé, on en apprécie chaque paragraphe, chaque mot, véritable concentré bouillonnant qui montre tout le potentiel de la fiction quand elle prend le relais du réel inexplicable. C’est clair, Catherine Leroux vient d’entrer dans la cour des grands. »

Lisanne Rheault-Leblanc

Nightlife.ca

« Une prose particulièrement inspirée. »

Paméla Couture

Les libraires

« Il y a, dans Madame Victoria, de pures perles de prose poétique. Des éclats tellement fort qu’il faut poser le livre sur ses cuisses, fermer les yeux un instant, et savourer le goût des mots laissés dans la tête. »

Catherine Brunet

CISM 89,3

« Un roman brillant. C’est très bien écrit et très bien construit. »

Danielle Perreault

103,5 FM Lanaudière

« Un roman étonnant. »

Annabelle Moreau

Ton petit look

« Victoria se réincarne tour à tour en mère éperdue, rescapée d’un suicide ou esclave éprise de son maître, et chaque fois, on en voudrait plus, tant chaque portrait vibrant de Victoria est plus éblouissant, plus éclatant que le précédent. Et la prose de Leroux… brillante. »

Pascale Millot

Montréal centre-ville

« À partir d’un fait divers tragique, Catherine Leroux bâtit un roman fascinant qui pose de graves questions sur la condition féminine. […] C’est riche, triste souvent, incongru parfois et toujours très émouvant. »

Philippe St-Germain

Spirale

« On pourrait qualifier l’écriture de Leroux de mystifiante, dans le meilleur sens du terme. […] Par sa maîtrise, Madame Victoria donne à penser que le mystère est peut-être le moteur par excellence de la fiction. »

Karine Vilder

Véro Magazine

« Encore à ce jour, personne ne connaît l’identité de la femme dont le corps a été retrouvé en 2001 non loin de l’aile psychiatrique de l’hôpital Royal Victoria. Pour y remédier, Catherine Leroux multiplie les hypothèses avec brio. »

Yvon Paré

Littérature du Québec

« Un roman écrit dans une langue splendide où un mystère en dissimule toujours un autre. Et ces moments uniques, magnifiques où l’écriture prend toute la place. »

Julie Collin

Julie lit au lit

« Je ne me souviens pas d’avoir lu quelque chose de comparable. L’auteure aborde les notions d’identité et d’anonymat avec une plume sublime. »

Marie Josée Turgeon

Au fil des pages

« L’écriture de Catherine Leroux est splendide et on est incapable de ne pas terminer cette lecture. Au cœur, une envie terrible de savoir qui est la véritable Victoria et une curiosité de découvrir, peut-être, l’histoire véridique de cette femme retrouvée à Montréal. »

Billy Robinson

La librairie francophone, Radio-Canada

« Magnifique roman! »

Isabelle Beaulieu

Lettres québécoises

★★★★ 1/2

« L’écriture de Catherine Leroux tient à la fois d’une grande précision qui donne une parfaite justesse au récit et d’une poésie qui nous laisse soufflés par l’amplitude de ses mouvements. Si le sujet qui donne matière au livre est de prime abord fascinant, c’est bien le style d’écriture de l’auteure qui confère toute sa portée au roman. »

Isabelle Moisan

La Fabrique Culturelle

« […]un kaléidoscope de courts scénarios finement ciselés qui se font écho jusqu’au vertige. »

Julie Cockburn

Julie Cockburn crée des œuvres à partir de photographies qu’elle altère. Parfois, elle brode ou peint sur les photos, d’autres fois elle les découpe et les réassemble pour produire un effet kaléidoscopique. Elle s’approprie toujours l’image première et la réinvente, l’imprègne d’une poésie ludique.

Autrice | Traductrice

Catherine Leroux

Catherine Leroux est née en 1979. Après avoir exercé divers métiers, dont celui de journaliste, elle a publié en 2011 son premier roman, La marche en forêt, finaliste au Prix des libraires du Québec. Le mur mitoyen, paru deux ans plus tard, a été couronné du prix France-Québec, et sa version anglaise a été en lice pour le prix Scotiabank Giller. Publié en 2015, Madame Victoria a remporté le prix Adrienne-Choquette. Elle a par ailleurs signé plusieurs traductions, dont celle de Nous qui n’étions rien de Madeleine Thien, pour laquelle elle a reçu un Prix littéraire du Gouverneur général. Depuis janvier 2020, elle est aussi éditrice chez Alto.

Traductions : Le saint patron des merveilles, Mark Frutkin | Le coeur à retardement, Andrew Kaufman | Encore plus de superhéros, Andrew Kaufman | Corps conducteurs, Sean Michaels |  Les coups de dés, Sean Michaels | Nous qui n'étions rien, Madeleine Thien

Crédit photo : Audrée Wilhelmy